78. C’est le nombre de jours durant lesquels les militaires de l’Otan ont mené des frappes aériennes au Kosovo en 1999. Dans le but de mettre fin à la dernière guerre du conflit en Yougoslavie.

24 mars 1999. L’Otan entre officiellement dans le conflit kosovar, en débutant une campagne de frappes aériennes. Cela fait déjà un an que la guerre fait rage entre les serbes et l’armée de libération du Kosovo, l’UÇK. Afin de mettre un terme à cette querelle fratricide, l’Otan décide de pilonner les positions serbes. Une opération symbolique qui ne devait durer que quelques jours. Devant l’intransigeance de Belgrade, l’organisation va devoir finalement frapper pendant 78 journées consécutives, effectuant en moyenne 480 sorties aériennes par jour !

Le 10 juin 1999, le gouvernement serbe finit par capituler et débute son retrait des terres kosovares. Deux jours plus tard, les soldats de la Kfor, déployés par l’ONU, prennent alors position pour assurer la transition vers la paix. Quelque 8 000 militaires français sont envoyés dans “la poudrière des Balkans”, comme est surnommée la zone à l’époque. Mise en place à partir de la résolution 1244 du Conseil de sécurité de l’ONU, adoptée le 10 juin 1999, la Kfor prend donc place quelques jours après le cessez-le-feu de Belgrade. Une date anniversaire que l’ambassade de France au Kosovo a rappelé sur son compte Twitter.

Au plus haut niveau de l’opération, jusqu’à 50 000 soldats de la Kfor étaient présents au Kosovo afin de poursuivre la mission de maintien de la paix, contre 4 650 militaires aujourd’hui. Mais la France n’est plus représentée : en 2014, les 320 militaires tricolores encore présents ont quitté le pays.

Lire aussi  Le monastère de Pejë/Peć : un joyau sous haute-sécurité

Alice Lefebvre

Comments

comments