Le Président serbe Aleksandar Vucic s’est rendu au Kosovo samedi 20 janvier. Une visite de deux jours, sous très haute sécurité, qui fait suite à l’assassinat du leader politique modéré, Oliver Ivanovic à Mitrovica.

De nombreux badauds, drapeaux Serbes à la main, ont bravé le froid pour l’apercevoir. Aleksandar Vucic débute sa visite à 11h30 ce matin, à proximité du monastère orthodoxe Banjska. Aux côtés des Evêques de Raska et du Kosovo, le chef de l’Etat serbe parcourt le monastère, avant de s’adresser à la presse :  » Nous souhaitons parler de la sécurité des Serbes, pour savoir quelles institutions sont là pour leur garantir cette sécurité, pour voir aussi comment ils vont mener l’enquête » lance-t-il, en référence aux investigations en cours sur la mort d’Oliver Ivanovic.

Puis, toujours dans le prolongement, M.Vucic a fait référence à un « échange d’informations » entre les services de sécurité kosovars et serbes, regrettant, au passage, que les Serbes n’aient pas pu être  directement impliqués dans l’enquête : « Nous allons attendre, non pas les histoires pour la presse, mais les résultats définitifs de l’enquête, pour voir s’ils mettront la main, ou non, sur les auteurs de ce crime atroce à Mitrovica. »

Message de « paix » adressé aux Albanais

Le chef de l’Etat serbe a enfin adressé un message aux Albanais, très largement majoritaires au Kosovo : « malgré le fait qu’ils considèrent souvent les Serbes, je ne dirais pas comme les ennemis mais plutôt comme les adversaires, et que nos intérêts sont souvent divergents, que la Serbie non seulement souhaite la paix mais que nous feront de notre mieux pour préserver cette paix ».

Vers 12h15, M.Vucic s’est rendu devant le siège du SDP (Initiative citoyene Liberté, démocratie, justice, ndlr), lieu de l’assassinat d’Oliver Ivanovic, pour y déposer une gerbe. Aleksandar Vucic était accompagné de Marko Đurić, le directeur du Bureau serbe pour le Kosovo et Metohija, et de Bratislav Gašić, le chef de l’Agence d’information et de sécurité (BIA) selon les informations rapportées par le Courrier des Balkans.  Le Président serbe s’est ensuite rendu en fin de journée à l’Université technique de Mitrovica, où une entrevue avec des représentants politiques des Serbes du Kosovo était toujours en cours samedi en fin de journée.

Lire aussi  Jeux Olympiques : le Kosovo peut-il briller à nouveau ?

Une visite aux accents de récupération politique

Pour certains politologues albanais, cette visite est éminemment politique et très calculée de la part de M.Vucic.  Pour Behlul Beqaj dont les propos sont rapportés par BIRN, Aleksandar Vucic a « feint de s’intéresser au sort des Serbes du Kosovo ». Pour lui, « Aleksandar Vucic est l’homme le plus puissant de Serbie », il ne peut que tirer profits à Belgrade d’une telle visite.

Sans surprise, l’exécutif kosovar, à savoir le Président Hashim Thaçi et le Premier ministre Ramush Haradinaj, n’a officiellement comenté la visite de M.Vucic au Kosovo. Les relations bilatérales entre les deux pays sont pour le moment suspendues jusqu’à nouvel ordre. Dans un communiqué du 17 janvier, le porte-parole adjoint du Ministère de l’Europe et des affaires étrangères a ainsi appelé les parties à « reprendre le dialogue sans délai ».

Entre 40 et 50 000 Serbes vivent encore au Nord du Kosovo et rejettent fermement l’intégration avec les Albanais du Kosovo, pays ayant unilatéralement déclaré son indépendance en 2008. Les relations entre le Kosovo et la Serbie se sont ainsi tendues depuis 2008. Toutefois, en 2013, les deux pays ont lancé un processus de normalisation de leurs relations, sous l’égide de l’Union européenne. Normalisation qui est une condition sine qua non pour que les deux Etats puissent un jour prétendre à une adhésion à l’UE.

Jonathan DUPRIEZ avec AFP.

 

 

 

Comments

comments