©Samson Thomas – ECPAD

Dépollution de l'usine de Trepča

Le 12 octobre 2001, des militaires français, entièrement revêtus d’une combinaison étanche orange, entament la dépollution de l’usine de Trepča, au sud de Mitrovica.

Les militaires spécialisés dans le NBC (nucléaire, biologique et chimique) traitent les vieux fûts de diméthyle d’hydrazine de l’industrie fabriquant des batteries. Le groupement de défense NBC de Draguignan et les pompiers du détachement de Mitrovica composé de sapeurs-pompiers de Paris et de marins-pompiers de Marseille ont participé à l’opération délicate.

Après avoir été refroidi, le produit toxique est transvasé dans des fûts neufs. Pendant le transvasement, les militaires portent des combinaisons étanches de type Matisec (utilisées en milieu agressif acide et reconnaissables à leur couleur orange).

L’hydrazine est un élément hautement toxique et dangereusement instable. Une exposition prolongée à son contact peut endommager le foie, les reins et le système nerveux de l’homme. L’opération n’est donc pas sans risque.

Le site situé dans le nord du Kosovo a fait l’objet de nombreux rapports de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) depuis la fin du conflit (1998-1999). Mais il était surtout connu pour sa pollution au plomb :

« Les niveaux de plomb atmosphérique mesurés en juillet 1999 représentaient environ 200 fois les normes acceptables.« 

En 2000, l’UNMIK (la mission des Nations unies au Kosovo, ndlr) a conduit ses propres études environnementales pour conclure que le taux de plomb dans le sol dépassait jusqu’à 122 fois les normes acceptables.

Lire aussi  Obiliq, une vie entre deux centrales

Des concentrations anormales qui ont touché les populations civiles installées aux alentours de l’usine. L’OMS note que la « concentration en plomb des épinards provenant de Mitrovica était quant à elle de 20 à 30 fois supérieure à l’ordinaire« .

Une pollution qui a particulièrement affecté la communauté Rom de Mitrovica, logée dans un camp de fortune.

Partenariat ECPAD

L’ECPAD est un centre d’archives et de production audiovisuelle,  qui dépend du ministre des Armées. Il témoigne de l’engagement de l’armée française sur les conflits.  Ses équipes de reportage sont présentes sur tous les théâtres d’opération dans le monde.

Comments

comments