Opération ville propre à Mitrovica

Le 22 mars 2000, est lancée l’opération « Mitrovica ville propre ». Les Français du Bataillon du génie avec le concours des habitants de Mitrovica procèdent à un nettoyage de fond en comble de la ville, sur une initiative du général du bataillon.

L’objectif : assainir la ville avant l’été pour limiter les risques d’épidémies. Pour ce faire, les soldats franaçis ont procédé au ramassage de quelques tonnes d’ordures, de gravats et de carcasse de véhicules.

Lire aussi  Archives - Opération ville propre à Mitrovica
Mitrovica, la ville coupée en deux racontée par ses habitants »]

Sur le cliché, un panneau d’information annonce un programme commun entre la Commission européenne de reconstruction et l’UNDP (United Nations Development Programme, la mission des Nations Unies, ndlr).

Reconstruire la ville pour garantir la paix

Ensemble, les instances internationales ont créé en 1999 l’Agence européenne de Reconstruction (AER) dans les pays des Balkans, afin de répondre aux situations d’urgence en Serbie, au Monténégro et au Kosovo, puis étendu ensuite à la Macédoine.

La priorité était donnée à la reconstruction des maisons, avant le retour de l’hiver. Car entre 1999 et 2000, près de 734 000 réfugiés du Kosovo sont rentrés au pays.  Pas moins de 120 000 habitations ont été endommagées par les frappes de l’OTAN et par les forces serbes lors du conflit en 1998-1999. Et près d’un tiers des maisons l’ont été gravement.

L’autre urgence portait sur la refonte des infrastructures permettant la production et l’acheminement en eau et en électricité. Enfin, l’aide de l’AER a également permis la remise en état des services sociaux tels que les écoles ou les centres médicaux.

Les pays européens (alors au nombre de quinze), ont déboursé près de 2 milliards d’euros avant 2002. L’AER bénéficiait d’un budget moyen de 500 à 700 millions d’euros par an. Sans compter l’aide humanitaire (182 millions d’euros) aux pays des Balkans dont a également profité le Kosovo.

Un financement dans le cadre de la politique des « petits pas » imaginée par la KFOR (force de l’OTAN au Kosovo, ndlr) et la MINUK (mission des Nations Unies au Kosovo, ndlr). Reconstruction, sécurité et aide au développement économique avaient notamment pour but de faire baisser les tension et participaient d’un retour à la vie normale pour les habitants.

Lire aussi  Mitrovica, la ville scindée en deux

Partenariat ECPAD

L’ECPAD est un centre d’archives et de production audiovisuelle,  sous la tutelle du ministre des Armées. Il témoigne de l’engagement de l’armée française sur les conflits.  Ses équipes de reportage sont présentes sur tous les théâtres d’opérations dans le monde.

Comments

comments