©Salles Jérôme – ECPAD

Les orthodoxes du Kosovo

Si au Kosovo, 90% de la population est musulmane, la religion orthodoxe est pregnante à travers ses nombreux monastères. Au plus fort du conflit en 1999, près de 150 monastères orthodoxes ont été détruits. Les moines serbes s’accrochent pourtant au Kosovo, considéré comme le berceau de l’orthodoxie serbe.

Le monastère de Visoki Dečani, à 12 km de la ville de Pejë/Peć, a été épargné. Pendant les bombardements de l’OTAN au printemps 1999, il abritait près de 200 réfugiés, majoritairement albanais, transformé en un camp retranché par les militaires italiens de la KFOR (la force de l’OTAN au Kosovo, ndlr).

Ils protégeait également les accès du monastère patriarcal de Pejë/Peć. Depuis le Moyen-Âge, il est le siège de l’Eglise orthodoxe serbe, malgré sa présence sur le sol kosovar. Ainsi, le patriarche qui réside à Belgrade en Serbie est couronné dans la ville de Pejë/Peć.

Lire aussi  Le monastère de Pejë/Peć : un joyau sous haute-sécurité

Le monastère de Dečani et sa cathédrales conservent un millier de fresques représentant les thèmes du Nouveau Testament, ainsi que des portraits de la famille royale serbe.

Autant d’images qui représentent pour les nationalistes albanais des siècles de soumission de leur peuple à la Serbie. Pourtant, à l’époque turque, des Albanais occupaient la fonction rémunérée d’être les gardiens du monastère de Dečani.

Partenariat ECPAD

L’ECPAD est un centre d’archives et de production audiovisuelle,  sous la tutelle du ministre des Armées. Il témoigne de l’engagement de l’armée française sur les conflits.  Ses équipes de reportage sont présentes sur tous les théâtres d’opérations dans le monde.

Comments

comments