©Salles Jérôme – ECPAD

Site d'extraction minière à ciel ouvert

A Obiliq, l’énergie est reine. Dans cette ville de 20 000 habitants, deux centrales à charbon et trois sites d’extraction minière dont celui-ci, à ciel ouvert, à seulement quelques kilomètres de la capitale Pristina.

Les réserves de ces mines sont pharaoniques, avec près de 5.92 milliards de tonnes de lignite (du charbon, ndlr). Avec une production de plus de 6.2 millions de tonnes produites par an, c’est l’une des plus grandes réserves de charbon d’Europe… et la 5e réserve de lignite au monde. 

Lire aussi  Obiliq, une vie entre deux centrales

Mais la KEK (la Kosovo Energy Korporation, ndlr)  connaît des difficultés financières. Depuis 1999, l’entreprise a reçu 400 millions d’euros de l’Agence européenne de reconstruction et 442 millions du gouvernement kosovar.

Une situation aggravée par l’habitus kosovar. Jusqu’à la fin des années 90, deux tiers de la population seulement s’affranchit de la note. En tout, l’entreprise a contracté 250 millions d’euros de dettes… A cela s’ajoute que 50% de l’électricité produite disparaît, dus à des problèmes de réseaux ou à des détournements illégaux de courant. D’où un courant en pointillé, il n’est pas rare en effet de croiser sur sa route des transformateurs…

Le rapport de la banque mondiale en 2016 estime que le Kosovo doit absolument se tourner vers les énergies renouvelables afin de ne pas dépendre intégralement du charbon, bien trop polluant. Aujourd’hui, seuls 3% de l’énergie produite au Kosovo est verte.

Partenariat ECPAD

L’ECPAD est un centre d’archives et de production audiovisuelle,  sous la tutelle du ministre des Armées. Il témoigne de l’engagement de l’armée française sur les conflits.  Ses équipes de reportage sont présentes sur tous les théâtres d’opérations dans le monde.

Comments

comments