Sa famille a fui la guerre et s’est réfugiée au Royaume-Uni lorsqu’elle avait deux ans. Aujourd’hui, Gordana Kinguï, aka Baby G, est revenue au Kosovo pour commencer sa carrière de pop star.

Elle incarne le renouveau de la scène musicale au Kosovo. Baby G, de son vrai nom Gordana Kinguï, fait partie de cette génération qui n’a pas connu la guerre. Sa famille s’est réfugiée au Royaume-Uni après la mort de son frère au tout début du conflit. En 2017, elle revient dans sa terre d’origine pour lancer sa carrière de chanteuse.

C’est dans son studio au Kosovo que Baby G a enregistré son single « Enough ». © Thomas Schnell

La musique comme marqueur de modernité

Les chanteuses kosovares de musique pop et R’n’B, comme Baby G, sont nombreuses : Rita Ora, Ira Istrefi, Dua Lippa, Kida… Ce phénomène constitue l’indicateur d’un tournant dans la culture du pays. Le Kosovo opère sa métamorphose musicale, en passant d’une musique traditionnelle et presque folklorique à des sons commerciaux.

Depuis son enfance, l’artiste de 20 ans baigne dans la culture anglo-saxonne. Biberonnée à la musique de Rihanna, Chris Brown, ou encore Justin Timberlake, elle passe plus de temps à regarder les clips des chanteurs occidentaux qu’écouter les musiques traditionnelles albanaises.

Pop, électro, indé… La création musicale kosovare s’inspire du style européen. Et bouleverse les codes culturels. Place aux platines et à l’auto-tune.

Baby G a sorti son premier single le mois dernier. Pour réaliser son rêve, elle a bénéficié des derniers aménagements du studio Zzap n Chris, à Pristina. Et fait rare pour une chanteuse au Kosovo, elle a intégré le prestigieux label Sony Music Entertainment, qui compte parmi ses nombreux talents Justin Timberlake.

Lire aussi  Le sport kosovar en pleine reconnaissance internationale

Thomas Schnell et Hugo Lemonier

Comments

comments