Le football, sport numéro 1 dans le pays, est un moyen de fédérer la population et de faire reconnaître l’autonomie du Kosovo. Surtout depuis l’admission de la fédération nationale par l’UEFA et la FIFA. Désormais, sélection et clubs peuvent participer aux compétitions internationales officielles.

Ce sera une grande première, et un symbole. Le 27 juin prochain, les joueurs du KF Trepça’89, champions en titre, disputeront le premier match de Ligue des champions de l’histoire du pays sur le sol du Kosovo. Le résultat d’un très long processus de reconnaissance du football kosovar entamé dès l’indépendance du pays, et jusqu’à la reconnaissance de sa fédération de football par les instances internationales, l’UEFA et la FIFA.

Pourtant, le football au Kosovo a déjà une assez longue histoire. Le pays dispose de son propre championnat national depuis la fin de la Yougoslavie en 1990. Hormis durant la guerre, entre 1997 et 1999, le championnat se dispute chaque année entre 12 équipes. Les plus populaires sont le FC Pristina, le club de la capitale, le plus titré de l’histoire (10 championnats et 14 coupes du Kosovo), et le KF Trepça’89, basé à Mitrovica et champion cette année.

La toute jeune sélection du Kosovo compte quelques joueurs connus au-delà des frontières du pays, comme Valon Berisha, champion d’Autriche cette saison et auteur du premier but de l’histoire de la sélection en qualifications pour le Mondial 2018. Il y a aussi le jeune espoir Bersant Celina, 20 ans, qui appartient à Manchester City, en Angleterre.

Le premier but du Kosovo dans des éliminatoires: l’égalisation de Valon Berisha en Finlande, septembre 2016:

Le grand tournant : la reconnaissance par l’UEFA et la FIFA

Le grand tournant intervient en 2016 lorsque l’UEFA, en charge des compétitions européennes, reconnaît la fédération de football du Kosovo, une nouvelle étape sur la voie de l’autonomie nationale. Cela a deux conséquences pour le football kosovar.

La sélection nationale kosovare.

D’abord, l’équipe nationale peut désormais prendre part à des matches officiels organisés par la FIFA. Pour la première fois, les bleu et jaune peuvent participer à des qualifications, notamment celles pour la Coupe du Monde 2018. Lors de leur premier match, les joueurs du sélectionneur Albert Bunjaki décrochent un match nul en Finlande (1-1), mais enchaînent ensuite cinq défaites.

Lire aussi  INTERVIEW : "Les élections législatives vont mettre fin à un système politique défaillant"

Ensuite, les clubs pourront participer aux compétitions européennes. Pour la première fois cette année, le KF Trepça’89 participera au 1er tour de qualifications pour la Ligue des champions, et le FC Pristina à celui de Ligue Europa. Nous serons sur place pour ces deux matches !

Toujours des difficultés à fédérer

Cependant quelques clubs des enclaves serbes refusent toujours de participer au championnat kosovar, et appartiennent toujours à la fédération serbe de football. Ces clubs jouent dans les championnats serbes, comme le FK Trepca, en quatrième division.

De même, de nombreux joueurs nés au Kosovo jouent pour d’autres sélections. On les retrouve principalement dans la sélection suisse, comme par exemple le milieu de terrain Xherdan Shaqiri, né à Gjilan au sud-est du Kosovo, et dans l’équipe d’Albanie, dont le capitaine lors du dernier Euro, Lorik Cana, est originaire de Pristina. Beaucoup de supporters kosovars préfèrent d’ailleurs continuer à soutenir l’Albanie plutôt que la sélection kosovare.

Les clubs de supporters, acteurs majeurs du football kosovar

Là aussi, c’est comme partout dans les Balkans : ils sont très fervents. En football, le groupe des fans du FC Pristina, « Plisat« , est le plus connu. Il soutient également les équipes de basket et handball du club. A l’image de beaucoup de clubs de supporters, « Plisat » a également un rôle politique. Les membres du groupe sont Pro-albanais, comme l’indique leur nom, inspiré du « plis », un chapeau de feutre blanc traditionnel albanais.

Les supporters du groupe « Plisat », qui soutiennent le club de la capitale, Pristina, sont les plus connus dans le monde de tous les groupes kosovars.

Autres groupes de supporters fortement lié à la tradition albanaise, celui des clubs de Pec, « Shqiponjat« , dont le nom est inspiré du fameux symbole de l’aigle albanais, et celui des équipes de Prizren, « Arpagjik’t« , connu pour ses danses traditionnelles organisées en tribunes notamment à l’époque de la Yougoslavie.

Lire aussi  INSIDERS #1 - l'électro underground made in Pristina

Grosse ambiance au Stadiumi i Qytetit lorsque les supporters de « Plisat » donnent de la voix :

 

Marc van Torhoudt

Comments

comments