Dernier jour à Pristina. Une journée qui débute avec quelques courbatures, la Kosoteam ayant quelques difficultés à se remettre de l’étape de haute montagne d’hier. Si certains ont choisi un décrassage actif en retournant en reportage, d’autres sont restés vautrés dans leur lit pour écrire leurs articles.

Journée écran et rédaction pour une grosse partie de la Kosoteam aujourd’hui. Après des jours à crapahuter à travers le pays, il fallait bien que certains journalistes troquent leurs baskets pour leurs pantoufles, et leur micro pour leur clavier. Objectif… Vous offrir, lecteurs, le fruit sucré de notre labeur acharné.

IMG_4377

Position « Olympia » de Manet pour notre modèle Jonathan, attaché à son lit pour rédiger ses 45 articles en retard © Marc van Torhoudt

Eux qui croyaient se reposer se sont bien vite rendus compte de leur malheur. Plus en forme que jamais, notre rédactrice en chef bien-aimée les a martyrisés toute la journée. Il fallait bien les contraindre à maintenir leur cadence infernale de publication, le tout « EN RESPECTANT LA CHARTE TYPO !!!! »

Pour sortir de cet enfer, plusieurs se sont accordé une sortie à l’air libre, faire quelques interviews. Alice et Basile, par exemple, ont rencontré Anna Larderet, présidente de Play International, une ONG d’éducation par le sport, la seule organisation française de ce type présente dans la région.

Anna Lardenet, présidente de Play International, une ONG française d'éducation par le sport. © Basile Dekonink

Anna Lardenet, présidente de Play International, une ONG française d’éducation par le sport © Basile Dekonink

De leur côté, Raphaël et Jonathan ont rencontré Shpend Ahmeti, le maire de Pristina, du parti Vetëvendosje! (« Autodétermination! »). Ensemble, ils ont discuté de l’aménagement de la ville (et de la lutte contre la construction sauvage, par exemple) et de politique nationale.

Lire aussi  Crimes de guerre : Washington met en garde le Kosovo contre toute remise en cause du Tribunal Spécial

Histoire de ne pas perdre le rythme, d’autres ont choisi la récupération active ! Après le bon air de la montagne hier, Sofian, Anaïs et Sophie ont décidé de ne pas trop perdre les habitudes de la ville en reprenant une bonne dose de pollution. Direction Obilic, ses bars, ses terrasses, et… ses deux centrales à charbon. « J’ai l’impression d’avoir fumé une cartouche de clopes, lâche Sofian à son retour. Tout était noir : les briques, les plantes, les parasols. »

Download.html

C’est ici que Sofian et Anaïs ont décidé de s’installer pour ouvrir une ferme de légumes bio © Sophie Vincelot

Gwendolina et Lila ont, quant à elles, voulu prolonger leur stage en haute montagne. Elles se sont rendues au sud du Kosovo, à la rencontre des Goranis, des communautés slaves nichées au cœur des reliefs, tout près de la frontière avec la Macédoine.

Lila prend une photo des montagnes Sharr, à la frontière avec la Macédoine. © Lila Lefebvre

Les montagnes Sharr, à la frontière avec la Macédoine © Lila Lefebvre

Thomas, lui, a choisi de rentrer dans la montagne, en visitant une grotte à une dizaine de minutes de voiture de Pristina. Deux kilomètres de longueur, stalactites et stalagmites partout, bienvenue dans la chair même du Kosovo.

thumb_IMGP6223_1024

Thomas s’est laissé guider dans les entrailles du Kosovo © Thomas Schnell

Avant l’arrivée de la team pour deux jours à Mitrovica, Hugo, Florie et Raphaël sont allés tâter le terrain. Ils y ont trouvé du plomb et de nombreuses personnes atteintes de maladies liées à ce métal lourd qui pollue tout : les sols, l’eau et l’air. Tant pis, l’équipe est prête à mettre sa santé entre parenthèses pour la grandeur de son journal. À suivre dès demain !

Lire aussi  JOUR 2 - Réveil matinal et découverte de la ville

Marc van Torhoudt

Comments

comments