De nombreux fonctionnaires européens travaillent depuis décembre 2008 au sein de la mission Eulex, qui vise à promouvoir l’État de droit au Kosovo.

Eulex, qu’est-ce que c’est ?

 Cet acronyme signifie European Union Rule of Law Mission in Kosovo. Aussitôt l’indépendance proclamée en février 2008, la mission Eulex a commencé à se former. Ses fonctions ont réellement pris effet à partir du mois de décembre de la même année. 

Sur son site, le Conseil européen décrit cette mission ainsi : « L’objectif central de la mission civile Eulex Kosovo est d’assister et de soutenir les autorités du Kosovo dans les domaines liés à l’État de droit, en particulier la police, la justice et les douanes. » Eulex fonctionne ainsi comme le bras droit des institutions kosovares. 

Pour ce faire, son budget s’élève à 110 millions d’euros par an. Les 28 États membres de l’Union européenne soutiennent cette mission, ainsi que cinq pays étrangers (le Canada, la Norvège, la Suisse, la Turquie et les États-Unis).

Qui travaille pour Eulex ?

Sur les 1 600 fonctionnaires européens travaillant au Kosovo, la moitié participent à cette mission. Cela fait de Pristina la ville qui compte le plus de fonctionnaires européens en Europe, après Bruxelles. Cette forte présence européenne s’explique par la volonté de faire en sorte que le pays respecte les critères d’adhésion à l’Union.

Alexandra Papadopoulou dirige la mission Eulex au Kosovo. Elle avait déjà travaillé à Pristina en 2000. ©Wikipedia

Alexandra Papadopoulou dirige la mission Eulex au Kosovo. Elle avait déjà travaillé à Pristina en 2000. ©Wikipedia

Depuis juillet 2016, la cheffe grecque de la mission Eulex est Alexandra Papadopoulou. Cette diplômée en droit et en science politique a commencé sa carrière dans les années 80 au ministère grec des Affaires étrangères. En 2000, elle est nommée cheffe du bureau de liaison avec la Grèce à Pristina, avant de rejoindre le département des Balkans du ministère des Affaires étrangères de son pays en 2001. Elle a aussi travaillé à Skopje, en Macédoine. Auparavant, Alexandra Papadopoulou était ambassadrice de la Grèce en Uruguay et au Paraguay.

Eulex lutte aussi contre la corruption

L’un des engagements de la mission Eulex est aussi de lutter contre la corruption dans le pays. Un engagement non tenu, pour certains. En 2014, une affaire de corruption présumée ébranle la mission. Un journaliste de Kota Ditore publie un article dénonçant des soupçons de pots-de-vin. Les poursuites contre Eulex sont cependant abandonnées en 2016.

Depuis, Claudio Pala, le procureur en chef de la mission Eulex, a répondu à ces accusations : « Une approche stratégique est nécessaire afin d’assurer des résultats tangibles. Nos personnels doivent être formés afin de savoir lutter contre la corruption, notamment les procureurs locaux. Ils doivent savoir utiliser les outils nécessaire et s’appuyer sur la législation. »

Sofian Aissaoui

Lire aussi  Aleksandar Vucic s'est rendu au Kosovo pour rencontrer les Serbes

Comments

comments