La Kosoteam déroge à ses règles claniques et fait bande à part pour ce sixième jour. Eparpillée entre Prizren, la frontière avec le Monténégro et Pristina, l’équipe de Kosovox a élargi ses horizons pour quadriller un territoire qu’elle commence seulement à découvrir.

Le réveil a été rude pour nos envoyés spéciaux. Un petit-déjeuner avalé à la hâte, il est déjà l’heure d’embarquer dans le bus, direction Prizren pour les uns, la frontière du Monténégro pour les autres.

Dans l’équipe 1, Manon, Sophie, Gwendolina, Alice, Basile et Anaïs ont prétexté un reportage pour se payer une journée de tourisme dans la capitale culturelle du Kosovo : au menu, un grand tour de Prizren, une ancienne forteresse médiévale nichée au creux des montagnes du Sud.

Prizren, sa mosquée Sinan Pashan et sa rivière Lumëbardhi/Prizrenska. © Kosovox

Prizren, sa mosquée Sinan Pashan et sa rivière Lumëbardhi/Prizrenska. © Kosovox

L’équipe 2, elle, avait pris date avec les redoutables FEMactiv’, un groupe féministe déterminé à combattre le sexisme ordinaire. Jonathan et Lila ont essayé de capter le quotidien de ces femmes en lutte contre la société patriarcale.

Lila (à gauche) et Jonathan (à droite) ont rencontré des féministes très actives, à Prizren... © Kosovox

Lila (à gauche) et Jonathan (à droite) ont rencontré des féministes très actives, à Prizren… © Kosovox

Pendant ce temps là, l’équipe 3 a tenté une intrusion au Monténégro. Quelques blocs de pierre pour marquer la démarcation avec le Kosovo, la voie semblait dégagée. Sofian et ses 1 m 90 n’ont pourtant pas trompé la vigilance des gardes-frontières, assez peu sensibles aux facéties de notre journaliste.

Les policiers monténégrins s'approchent de nos reporters, qui s'apprêtent à franchir la démarcation entre les deux pays. © Thomas Schnell

Les policiers monténégrins s’approchent de nos reporters, qui s’apprêtent à franchir la démarcation entre les deux pays. © Thomas Schnell

En leur absence, seul un dernier bastion d’irréductibles a maintenu nos positions à Pristina dans l’attente d’Isabelle Fougère. La reporter a laissé de côté ses documentaires pour prendre ses quartiers au centre de commandement de Kosovox. Son feutre rouge est de sortie, plus un papier ne passera sans son aval.

De gauche à droite : Raphaël, Marc, Hugo et Florie ont accueilli Isabelle Fougère (milieu) à sa descente de l'avion. © Florie Castaingts

De gauche à droite : Raphaël, Marc, Hugo et Florie ont accueilli Isabelle Fougère (milieu) à sa descente de l’avion. © Florie Castaingts

Raphaël, toujours prêt à donner de son corps, a alors dévoilé ses jambes dans les rues de la capitale pour fêter l’arrivée de notre nouvelle équipière. Un défilé remarquable et remarqué, qui lui a valu quelques oeillades de la part des passant(e)s.

Raphaël a fait le show dans les rues de Pristina. © Florie Castaingts

Raphaël a fait le show dans les rues de Pristina. © Florie Castaingts

A la nuit tombée, comme chaque soir, les membres de la troupe sont venus au rapport autour d’une grande table. Florie avait réservé une surprise à nos amateurs de salades réfractaires aux kebabs. L’adresse de ce restaurant végétarien lui avait été glissée dans le creux de l’oreille par le meilleur brasseur de bière du Kosovo. Ne comptez pas sur nous pour vous livrer de plus amples détails : les coordonnées de ce havre de paix resteront confidentielles.

Hugo Lemonier

Comments

comments

Lire aussi  “Pristina ne se visite pas, elle se vit”