Après trois mois de blocage parlementaire, le Kosovo sort de l’impasse politique. Le Parlement a voté ce jeudi 7 septembre pour le candidat Kadri Veseli, de la coalition PAN, à 62 voix pour et 52 contre.

Il aura fallu trois mois pour que le parlement kosovar trouve une issue au blocage politique dans lequel il était enfermé après la chute du gouvernement et la mise en place d’élections législatives anticipées en juin dernier.

C’est la coalition PAN – elle comprend le PDK (Kosovo Democratic Party,  l’union des « guerriers » issus de l’ancienne UÇK et principal parti au pouvoir), l’AAK (l’alliance fort the Future of Kosovo) et NISMA (Initiative for Kosovo) – qui avait remporté la majorité des sièges (39 sur 120). Avec cette courte avance, la coalition n’avait pas réussi a faire élire son représentant du Parlement. Elle a alors boycotté les sessions parlementaires afin de repousser la tenue de l’élection, et ce jusqu’à trouver des voix supplémentaires parmi les autres députés.

Lire aussi  Echec des négociations pour la formation d’un gouvernement : les acteurs politiques "jouent la montre"

Chaises musicales au sein du Parlement

C’est désormais chose faite avec l’élection de Kadri Veseli à 62 voix pour et 52 voix contre. 62 voix, juste ce qu’il fallait pour obtenir une majorité selon la Constitution. La coalition PAN a joué des coudes et fait montre de persuasion auprès de ses adversaires politiques. Envers la coalition serbe, d’abord, passée du côté du « parti des guerriers » le 8 août dernier. Le 4 septembre, ce fut au tour de Behgjet Pacolli, leader de l’AKR (Alliance pour un Nouveau Kosovo) et des trois autres députés de son parti de se détourner de la coalition de droite pour finalement rejoindre la coalition PAN.

Prochaine étape pour le Parlement : établir un gouvernement, avec en Premier ministre Ramush Haradinaj, le héros de la libération du pays.

 

Qui est Kadri Veseli ?

Membre du PDK, le parti du président du Kosovo, Kadri Veseli était le représentant du Parlement sortant.A ce poste, il faisait face au sein de son même parti à Ramush Karadinaj, l’ancien Premier ministre sortant. Avant ce poste d’homme politique, le président du Parlement était dans les années 2010 à la tête du service de renseignements kosovar.

 

Florie Castaingts

Comments

comments