Les élections législatives kosovares se sont globalement déroulées dans le respect du pluralisme politique et dans un climat apaisé, a conclu la mission européenne d’observation du scrutin de dimanche dernier. Elle dénonce toutefois des pressions contre des candidats et des électeurs dans les zones à majorité serbe du pays.

La mission d’observation de l’Union Européenne chargée de contrôler les élections législatives anticipées qui se tenaient ce dimanche au Kosovo juge que le scrutin s’est déroulé dans de bonnes conditions. Pour elle, les règles démocratiques ont été respectées même si des améliorations sont attendues pour les prochaines échéances électorales.

L’Union Européenne s’était inquiété d’un potentiel bourrage d’urne. La qualité de la tenue du scrutin et du dépouillage des votes a pourtant été qualifiée de « bonne » à « très bonne » dans la quasi-totalité des bureaux du pays.

Les observateurs se félicitent notamment de la couverture médiatique de la campagne : « l’environnement médiatique est vivant et pluraliste, il donne accès aux électeurs aux différentes options politiques ». A cet effet, une Commission indépendante des médias a supervisé le traitement de la campagne.

« Après les élections il incombe désormais au nouveau gouvernement de répondre aux espoirs des citoyens », commente Johannes Hahn, commissaire européen pour la politique régionale et de l’intégration européenne, sur son compte Twitter.

Pressions et violences en territoires à majorité serbe

Si dans son rapport, la commission estime que la campagne s’est déroulée majoritairement dans des conditions favorables au débat et à la libre expression citoyenne, elle dénonce des tensions dans les territoires à majorité serbe en amont et pendant le scrutin.  » Le processus démocratique a été terni pas des tentatives d’intimidations, parfois violentes au sein même de la communauté serbe », le tout devant un certain laisser-faire des forces de l’ordre.

Lire aussi  Kosovo : le leader serbe Olivier Ivanovic assassiné à Mitrovica

Il y a par ailleurs eu des confusions dans certains bureaux de vote pour savoir si les cartes d’identité serbes étaient jugées valides pour le scrutin.

Lila Lefebvre

 

Comments

comments