Pour sa première journée, une partie de l’équipe de Kosovox a parcouru Pristina. Elle vous livre ses impressions de cette jeune capitale. En sons et en images. 

“Pristina n’est pas comme les capitales d’Europe. La ville ne se visite pas, elle se vit”. Bérangère Dailly, une Française de 24 ans qui habite au Kosovo depuis six mois, nous plonge rapidement dans l’ambiance.

Alors qu’il fait 35°C, les rues de Pristina sont vivantes. Les terrasses sont bondées. “Ici, 60% des jeunes sont au chômage. Ils passent leur vie dans les cafés. Ils arrivent dès 10h du matin, prennent un macchiato et y restent toute la journée”, poursuit la Française, qui quitte Pristina le lendemain.

« Je dois rentrer en France car mon stage est terminé mais je n’ai qu’une envie, revenir le plus vite possible », raconte Bérangère, venue le temps d’une mission pour ONU-Habitat. « Ce qui m’a surtout plu, ce sont les habitants détendus et la jeunesse motivée. Elle fait plein de choses et donne envie de rester dans ce nouveau pays.« 

Pour nous montrer son Pristina, elle nous a donné rendez-vous à la place du Grand Hotel.

Lieu incontournable des rendez-vous de Bérangère à Pristina : la place du Grand Hotel – © Thomas Schnell

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Thomas Schnell et Alice Lefebvre

Comments

comments

Lire aussi  La relève du journalisme au Kosovo