Insiders (les « initiés »), vous donne à voir et à entendre. Une série d’articles sur Pristina en mouvement. Toute la culture « under the radar » comme si vous y étiez. Episode #1, cap sur la fine fleur de l’électro.

60% de la population du Kosovo a moins de 25 ans. Pristina, la capitale, est donc par essence une ville jeune où les forces vives créent. 18 ans après la guerre souffle un vent de création dans la métropole kosovare.

Uran B (Techno minimale)

electro dj kosovo

Uran B (c) Twitter Uran B

« Not a star, just a planet » (« pas une étoile, seulement une planète »),  c’est par cette mystérieuse biographie que l’on pénètre dans l’univers d’Uran Badivuku sur Twitter. Ce DJ est l’un des porte-voix de la jeunesse de Pristina. Un empereur du cool qui mixe de l’électro minimale directement inspirée par ses maîtres berlinois. Dans ses influences, ça n’est pas un hasard si l’on trouve le DJ allemand Christian Löffler. Délires cosmiques envolés, sons organiques, parfois sans beat. Une musique charpentée et raffinée. Uran B se définit lui-même comme un « nom de référence dans l’underground de Pristina ». Modeste le garçon. Il n’en reste pas moins derrière les platines depuis ses 14 ans. Alors forcément, son expérience force le respect. Sa dernière mixtape est sortie il y seulement 10 jours. « PV IV » est à écouter sans modération sur son Soundcloud.

Jehonë (Deep house & Techno)

Jehonë – Facebook

L’une des seules femmes DJ originaire de Pristina. Jehonë habite désormais à Bâle, en Suisse, où elle a acquis une certaine notoriété. Elle soigne les oreilles des amateurs d’électro au Nordstern, un club réputé de la ville où elle officie en tant que DJ résidente. Mais elle n’en oublie pas ses racines pour autant. Cette adepte de techno et de deep house jouera dans de nombreux festivals au Kosovo en 2017 comme Përalla à Gjakovë, ou à la deuxième édition du festival Wrathful Visions. Seront notamment Uran B, Cosinus ou encore Dishka. Son Soundcloud n’est hélas pas à jour (son dernier mix enregistré date de mai 2014). Mais le peu qu’on y trouve vaut le détour.

Astreveta (Trance goa)

Astreveta – Soundcloud

Trio de trance actif depuis 2004, Astreveta regroupe trois amis. Liridon Uka, Veton Avdiu et Albert Hasani. Ils vivent et produisent à Pristina. Leur postulat de départ sans ambigüité : « influencés par de la bonne musique, ils ont mis des idées en commun, et le projet s’est créé. » Action, réaction. Ils définissent leur musique entre trance Goa, référence au genre musical des années 80 venu d’Inde, et trance psychédélique qui en découla. Caractéristique de ce genre musical, un tempo rapide, entre 130 et 150 BPM (battements par minute), et quelques sons organiques, tels la célébrissime boîte à rythme Roland TB-303. Boum boum, pok pok, tchak.

Drenique (House)

Drenique est tombé tout petit dans la marmite de la House, la Goa et la Techno. Mais il découvre la scène en 2012. Né à Pristina, il y vit jusqu’à son départ pour Vienne, il y a 2 ans. Là-bas, il crée un collectif Rappelkiste, accessoirement organisateur de soirées. Drenique est annoncé sur le lineup du festival Përalla du 24 au 26 juin à Gjakovë.

Toton (House)

electro dj kosovo

Toton (c) Concepto Radio

Dans le genre multi-casquettes, Toton est un adepte du genre. A la fois ingénieur du son, producteur et instrumentiste (il est bassiste à ses heures), il est principalement DJ. Depuis 14 ans, il est l’une des figures de la House kosovare. Pour le croiser à Pristina, il faut aller au Shallter ou au Zone Club, des lieux réputés. Mais il n’est pas rare de voir sur des line-ups étrangers en Albanie, en Allemagne ou encore au Royaume-Uni.

Jimmy Haze (deep tech)

Son vrai nom, c’est Zgjim Beqa, mais Jimmy Haze, ça claque un peu plus comme nom de scène. Depuis 2012, il arpente les clubs de Pristina. D’abord en jouant de la deep house/tech house, puis s’oriente progressivement vers de la deep tech/techno. De sa biographie, nous tirons une formule ramassée: « j’adore les vibes de l’underground, que puis-je dire de plus? ». Pas besoin d’en rajouter, il suffit d’écouter. Enorme coup de cœur pour sa mixtape Dope’amine à écouter sur Soundcloud.

Jonathan DUPRIEZ

 

Comments

comments